dimanche 22 mai 2016

Basculage et fermeture pour Beretta et Perazzi

Beretta :

Ce sont des armes très fiables, mais très maltraitées par des personnes peu qualifiées en réparation. Le basculage des Beretta se fait sur des tourillons : les importateurs ne rentrent que des tourillons de 9.5mm alors que, d'origine, ils sont de 9mm ! De ce fait j'ai vu des horreurs comme des portées en pince (voir schéma ci dessous).


Cela provoque rapidement de l'arrachement de matière à la frette. Le tonnerre du canon est relimé, la longuesse est dure, l'armement n'est pas synchronisé, et l'éjection se fait mal. Remédier à toutes ces fautes coûte très cher.
Pour éviter ces dégradations difficilement réversibles, j'ai mis au point un procédé très fiable garanti 2 ans.
J'ai trouvé la manière d'évaluer l'usure de la frette par le tourillon ! L'usure du tourillon étant très facilement mesurable.
J'ai fabriqué un mandrin pour fixer les tourillons 9.5 à mon tour de précision et je les retouche au 100ème. Ensuite, je contrôle la portée au tonnerre ainsi que celle des tourillons dans la frette, au noir de fumée et sans compression de longuesse. La partie inférieure des ailerons ne doit en aucun cas toucher la table de la bascule.
Quand tout est OK, je recharge la bascule pour la portée de recul de l'aileron ainsi que le verrou conique.
Si le canon tombe à l'ouverture, je recharge la poussée de longuesse pour régler l'éjection (Schéma ci dessous).


Important : Bien des éjecteurs de Beretta cassent ou s'usent ; avec des aciers d'apports spéciaux je remets l'éjecteur d'origine en parfait état et inusable. Il en va de même pour les coulisseaux et tirs cartouches de toutes marques.


Perazzi :

Je tourne les tourillons dans un acier spécial et traité, en évaluant l'usure de la frette comme pour les Beretta.
La différence c'est la portée au recul sur les flancs intérieurs de la frette. Là également, je recharge afin d'obtenir à nouveau le retrait de tonnerre, ceci est extrêmement important pour la marche de ces armes !


Important : un fusil qui a du jeu, c'est qu'il a beaucoup tiré... Logique !
Il est donc indispensable de contrôler les brasures ("soudures") des garnissages des canons, c'est impératif s'il y a bronzage et surtout pour le parfait maintient des tubes lors du passage de la gerbe de plombs ou de la balle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire